John Coltrane : Blue Train

 In Discomanie

Fait-il beau ? Peu importe ! As-tu bien dormi ? Ce n’est pas important ! Tu as les pensées trop occupées ce matin, John. Direction les studios de Rudy Van Gelder.

Quelques pas dehors, quelques rues et tu te dis que finalement le ciel du New Jersey est très beau en ce petit matin de septembre. Un café. Oui, trouver un café pour à nouveau, une fois de plus, consulter voire corriger encore les précieuses partitions que tu as dans ta sacoche. Trouver un petit café dans Hackensack n’est pas bien difficile. Celui-ci fera l’affaire. À peine es-tu entré que la serveuse arrive, te propose de déjeuner d’un steak ou de bacon mais non, c’est trop pour toi qui n’as pas très faim ce matin : « Un grand café fera l’affaire M’dame ».

À quoi penses-tu, toi le Trane, quand tu entres dans les studios en ce 15 septembre 1957 ? Tu as envie de prendre ton envol ? L’omniprésence des choix artistiques de Miles Davis commence-t-elle à trop à peser sur toi, le simple sideman ? Te sens-tu encore à ta place dans l’ombre du trompettiste vedette ? Depuis que tu as rejoint son quintet en 1955, tu n’as eu de cesse d’explorer de nouvelles pistes, de chercher et de développer un style reconnaissable entre tous ! Tu dois penser à Naima aussi.

Naima… La compagne modèle qui a supporté les terribles dommages de la drogue et t’a soutenu pendant ton décrochage « cold turkey ». Tu es mûr, fin prêt pour un disque en tant que leader, avec des musiciens que tu as choisi toi-même, Cet album s’appellera Blue Train. Un album dans l’esprit Hard Bop, un album avec tes compositions John, dans l’air du temps c’est vrai mais du Coltrane…

Paul Chambers, matinal, est déjà arrivé, il te salue d’un geste de la main que tu lui renvoies de loin en te dirigeant vers une machine à café. Kenny Drew et Philly Joe Jones sont en train de s’en servir un grand mug en prévision de la journée. Puis enfin, c’est ce sacré Lee Morgan qui débarque, tout excité de la jam de la nuit. Tout le monde est là et quelques techniciens règlent les micros de ci de là,

On commence par quoi ? « Moment’s Notice » ? Non : par « Blue Train » les mecs ? C’est parti … Pour l’histoire !


Références

John Coltrane : saxophone ténor | Lee Morgan : trompette |  Curtis Fuller : trombone |  Kenny Drew : piano | Paul Chambers : contrebasse | Philly Joe Jones : batterie

Blue Train, John Coltrane — BLP 1577 — 1 LP Blue Note, 1957.

Face A

  1. Blue Train
  2. Moment’s Notice

Face B

  1. Locomotion
  2. I’m Old Fashioned
  3. Lazy Bird

 

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez-nous

Nous ne sommes pas là présentement, mais nous vous répondrons au plus vite.

Not readable? Change text. captcha txt