Jackson C. Frank : Jackson C. Frank

 In Discomanie

Album Jackson C. Frank

Lorsque j’ai entendu la jeune Youn Sun Nah chanter « My name si carnival », outre la flamboyance de la voix, c’est la beauté du texte qui m’a happé. Qui était donc cet auteur ? Jackson C. Frank (C. pour Carey)… jamais entendu parler. En cherchant un peu, je suis tombé sur cet album portant son nom.

Jackson C. Frank, cet inconnu

Lorsque Paul Simon (de Simon & Garfunkel) le découvre, c’est un musicien traumatisé par un accident survenu durant son enfance qu’il rencontre et un être d’une telle timidité, qu’il aura toutes les difficultés du monde à le faire jouer en public. C’est caché derrière un écran qu’il enregistrera cet album, produit par Simon, et sous les oreilles curieuses de Art Garfunkel et Al Stewart. Écorné par le succès de ce premier disque, il sombre en dépression, vit une lente descente aux enfers, éborgné lors d’une agression, clochardisé dans les rues de New York, vingt ans durant. Il a fallu un jeune fan le reconnaissant pour le ramener des affres de la marginalité durant quelques années.

Un album d’une pureté désarmante

Vocalement, Jackson C. Frank semble un peu froid et distant. Sobre et solide, il chante sans artifices. Il semble comme un passant, sans attaches, surgit d’on ne sait où, amer, et son ton dramatique ne lasse pas : ce serait une mélancolie sans pathos. Rien de mignon dans ce folk, pas de petit sourire au coin d’un morceau, mais la beauté du bois poli par l’usage. Dix morceaux irrémédiables, auxquels il faut ajouter cinq pièces enregistrées à son insu sous prétexte d’essais de son (et rééditées plus tard). Dans une discographie plus que minimaliste, sûr qu’il faut emporter Jackson C. Franck. Et lorsque les cailloux feront mal aux pieds, « My name is Carnival » sera comme un pharmakon.

Références

Jackson C. Frank, Jackson C. Frank — 33SX 1788 — 1 LP Columbia, 1965

L’album entier en ligne.

Face A

  1. Blues Run The Game
  2. Don’t Look Back
  3. Kimbie
  4. Yellow Walls*
  5. Here Come The Blues

Face B

  1. Milk And Honey
  2. My Name Is Carnival
  3. Dialogue (I Want To Be Alone)
  4. Just Like Anything
  5. You Never Wanted Me

* Al Stewart : seconde guitare

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez-nous

Nous ne sommes pas là présentement, mais nous vous répondrons au plus vite.

Not readable? Change text. captcha txt
pochette de l'album de Karen Dalton : It's So Hard To Tell Who's Going To Love You The Bestpochette de la 8e symphonie de chostakovitch éditée par decca. Direction Bernard Haitink