Numéro 4 | 2020 : Temps et mouvement

 

Avec la participation de :

Florence Albrecht | Marie Baille | Isabelle Banco | Laurent Bouisset | Françoise Breton | Carole Carcillo-Mesrobian | Cédric Costantino | Pablo Cueco | Emmanuel Desestré | Charles Duttine | Rafael Giménez De La Vega | Orianne Hurstel | Marie-France Leccia | Ga-Young Lee | Hounhouénou Joël Lokossou | Maïpo | Jean-Pierre Marty | Oli | Val Pétunianoir | Laurent Pina | Ana Román | Jean-François Roullin | Anabel Serna Montoya | Marianne Thauvin | Pierre Virol | Jason Weiss


Calme agitation

J’ai toujours trouvé le soupir magnifique. En musique. Signe typographique dont on imagine le mouvement nerveux et maîtrisé de la plume pour le tracer, il suspend dans l’instant les instruments, parfois se répète ou se prolonge en un pointé voire en un silence, cette petite demi-brique posée sur la portée comme un mur opposé à toute velléité de poursuivre, comme une injonction au repos.

Hasard moqueur et cruel, à l’heure où j’écris ces lignes, le monde est suspendu dans cet entre-deux incertain, scindé en deux groupes dont le quotidien est antinomique et pourtant déterminé par l’intérêt collectif. Ceux qui, dans l’urgence — temps compressé et bouleversé — n’ont d’autre choix que d’aller au front, soignants combattants, conducteurs les transportant, livreurs de biens essentiels, hôtes de caisses aux protections dérisoires… Ceux qui doivent rester en retrait, en suspens, dans un espace limité et dans des mouvements compassés, une activité professionnelle confinée, une organisation familiale réinventée.

Dès lors, notre thématique « Temps & Mouvement », pourtant depuis bien longtemps réfléchie, apparaît presque prémonitoire. Elle propose surtout une réflexion que chacun pourra prendre le temps de partager, de malaxer, de se réattribuer, tant elle marque notre vie au quotidien. Le confinement fait renaître des vocations culinaires, des aspirations gastronomiques, une envie de se réapproprier les techniques simples de fabrication maison. Il incite également à ressortir des placards les vieux vinyles, à faire chanter aux balcons, à dépoussiérer guitares, claviers, instruments en tout genre, pour ressentir le plaisir de faire, combler le vide et se jouer d’un temps retrouvé qui pourtant détermine et façonne musique comme cuisine.

Nos contributeurs, dans la grande diversité des métiers et des champs de compétences (souvent pluriels) qui est la leur, ont pris à bras le corps ce thème et en ont extrait des textes, des images, des idées, des témoignages toujours aussi inattendus, instructifs, bouleversants ou dérangeants aussi. Écrivains, poètes, philosophes, photographes, globe-trotteurs, musiciens, musicologues, sociologues, philosophes, boulanger, cuisiniers, danseurs, ethnomusicologues, donnent dans ce numéro une dimension particulière au temps et au mouvement en musique et en cuisine.

Alors que le temps les structure, le mouvement les façonne, les crée, les invente. On pense bien évidemment aux tempi en musique, aux saveurs sonores italiennes — de l’allegro à l’adagio — aux rythmes établis de la triple croche à la blanche pointée. Pour autant, gardons-nous de confondre temps et tempo. De la même façon, le temps de la préparation en cuisine, très exigeant en pâtisserie par exemple, est un temps de l’art dont il ne faut pas mésestimer les contretemps. Il y a aussi le temps suspendu du rêve et de la réminiscence, parfois amusée, de la convivialité du partage, de la communion d’interprétation avec le chef et l’orchestre.

Valse des casseroles sur le feu, allers-retours des serveurs entre la cuisine et la salle, préparations que l’on fait tourner sauter retourner dans les poêles, la cuisine pièce et la cuisine art grouillent de mouvements indispensables à la préparation, la réalisation, le dressage mais aussi à la délivrance des plats, à leur dégustation dans un temps souvent choisi et parfois forcé : pause déjeuner minutée, malbouffe assurée, slow food réactive à la restauration rapide et héraut d’une prise de conscience de l’influence de l’alimentation sur son environnement, temps et mouvement scandent l’art culinaire comme l’alimentation quotidienne.

Le temps et le mouvement sont aussi l’occasion d’un véritable voyage socioculturel, musical et gustatif. Ainsi, voyage à travers les interprétations d’une préparation dans les souvenirs de Pablo Cueco ; nomadisme à travers les steppes mongoles à déguster une cuisine concoctée en famille sous l’œil de Marie Baille ; navigation philosophique sur les traces de Nietzsche, portée par Florence Albrecht ; voyage initiatique à travers les rythmes et la structure d’une musique africaine bien loin de nos portées, l’Okusengejja, dévoilée et analysée par Rafael Giménez de la Vega… Embarquez avec nous !

Temps, mouvement, nous englobent pour autant que nous essayions de les maîtriser, de les contraindre sur des portées ou dans des sabliers. Emportées dans l’espace et le geste, cuisine comme musique se révèlent, dans des sociétés humaines de toutes cultures, sous des formes d’une grande diversité, mais exprimant toutes une dimension de convivialité et de plaisir fondatrice.

Par le truchement de ce nouvel opus, Le ventre et l’oreille aime à imaginer qu’il vous dévoilera un aspect et une compréhension inattendus du temps et du mouvement dans nos champs de prédilection, tel un polyèdre à vingt-trois côtés que vous pourrez aborder comme bon vous semble pour atteindre le riche cœur du sujet.

Orianne Hurstel


Contactez-nous

Nous ne sommes pas là présentement, mais nous vous répondrons au plus vite.

Not readable? Change text. captcha txt