Marco Ambrosini & Ensemble Supersonus : Resonances

 In Discomanie

Le mystère au fond de cette musique, dans ses souples évasions d’un genre ou un style fixe, pose un dilemme familier : doù vient-elle ? où vit-elle ? Nous n’en savons rien, à vrai dire, si ce n’est que les cinq musiciens jouent tous soit une harpe, soit un instrument lié à la harpe de près ou de loin, les mélangeant et soulignant selon des tournures inattendues. La fluidité de leur approche, les merveilleux sauts à travers cultures et époques par des sonorités apparentées, donnent toujours à l’auditeur l’impression d’entendre quelque chose de nouveau. Bien que la moitié de leur répertoire présente des compositions des membres de l’ensemble, dont trois du virtuose de la guimbarde Wolf Janscha et l’éthéré “2 Four 8” de la chanteuse diphonique Anna-Maria Hefele, c’est dans leur traitement de morceaux anciens que le contraste et l’éventail peut être apprécié pleinement. Peu conventionnels dans leurs combinaisons de textures instrumentales, solidement menés par le très expressif jeu d’archet de Marco Ambrosini sur le nyckelharpa, ils se mettent à la musique ancienne (Hildegard von Bingen), au baroque (Biber, Frescobaldi), à la musique traditionnelle suédoise, mais aussi à la musique de cour turque, dans un esprit qui met en lumière les morceaux contemporains.
Que le mystère reste intact après l’avoir écouté maintes fois suggère que le ailleurs où nous nous trouvons pourrait s’avérer être l’ici-même où nous sommes.

Marco Ambrosini : nyckelharpa | Anna-Liisa Eller : kantele | Anna-Maria Hefele : chant diphonique, harpe | Wolf Janscha : guimbarde | Eva-Maria Rusche : clavecin, piano carré.

 

L’ensemble Supersonus | Photo Thomas Radlwimmer

The mystery at the core of this music, in its lithe evasions of a fixed genre or style, poses a familiar challenge: Where is it from? Where does it live? We really don’t quite know, except that the five musicians all play some kind of harp or harp-like instrument, combining and highlighting them in various unexpected ways. The fluidity of their approach, the marvelous leaps across cultures and time periods by way of related sonorities, keep the listener always thinking they are hearing something new. Though half the repertoire features compositions by members of the ensemble, including three by jew’s harp virtuoso Wolf Janscha and the otherworldly “2 Four 8” by overtone singer Anna-Maria Hefele, it is in their treatment of older works that the contrast and range can be fully appreciated. Unconventional in their blendings of instrumental textures, anchored by Marco Ambrosini’s soulfully bowed nyckelharpa, they take up early music (Hildegard von Bingen), baroque (Biber, Frescobaldi), Swedish traditional, and Turkish court music, in a spirit that casts light on the contemporary pieces, which in turn inform our hearing of the nearly ancient. That the mystery remains intact after repeated listening suggests that the elsewhere we find ourselves in may turn out to be right here where we are.

Marco Ambrosini: nyckelharpa | Anna-Liisa Eller: kannel | Anna-Maria Hefele: overtone singing, harp | Wolf Janscha: jew’s harp | Eva-Maria Rusche: harpsichord, square piano.


Références

Marco Ambrosini & Ensemble Supersonus, Resonances | ECM 2497 | ECM, 2019 | www.supersonus.eu

  1. Fuga Xylocopae
  2. Rosary Sonata No. 1
  3. O Antiqui Sancti
  4. Erimal Nopu
  5. Polska
  6. Ananda Rasa
  7. Hicaz Hümâyun Saz Semâisi
  8. Toccata In E Minor
  9. Fjordene
  10. Praeludium – Tocata Per L’elevati
  11. 2 Four 8
  12. Ritus

Traduction anglais-français : Jason Weiss, Orianne Hurstel & Emmanuel Desestré.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez-nous

Nous ne sommes pas là présentement, mais nous vous répondrons au plus vite.

Not readable? Change text. captcha txt